Exposition Marion PLUMET

Lorsque nos murs exposent des oeuvres : Marion PLUMET Des femmes emportées, Des femmes qui portent,Femmes fatales.

Les habitant(e)s, habitué(e)s et occasionnels de notre structure , autres randonneurs ou égarés de notre route de Callac ont immanquablement remarqués, et ce depuis la mi juin ces œuvres collage grand format de Femmes qui se sont affichées sur les murs de notre structure.

Cinq pour être précis, cinq oeuvres choisies par les salariés de notre Association parmi l'ensemble de celles proposées par l'Artiste brestoise Marion PLUMET et objet de son travail sur des questions malheureusement tristement d'actualité.

Marion PLUMET

Des femmes emportées, Des femmes qui portent,Femmes fatales

Séries de 6 et 7 dessins Encre sur papier, 30 x 40 cm 2016

Des femmes emportées et Des femmes qui portent sont deux séries de dessins sur les femmes migrantes, trop souvent rendues invisibles quand on parle d’exil et de réfugié-e-s.

Dans Des femmes emportées, le dessin est là pour dire ce que subissent systématiquement les femmes au cours de leur voyage. En plus de vivre les mêmes violences que tous les migrants, en tant que femmes, elles sont victimes de violences spécifiques, exercées par les hommes.Ici, elles sont les proies d’oiseaux qui les emportent, les volent, les « envolent » vers des destinations inconnues.

Des femmes qui portent rappelle que ces femmes qui fuient portent en elles les meurtres, les enlèvements, les tortures, les bombardements, les attaques chimiques…Aujourd’hui, elles marchent, elles avancent, et demain, elles porteront en plus la faim, le froid, la violence des passeurs, des autorités, les traversées en canots misérables, la mort qui rôde toujours…

Femmes fatales est la série la plus récente réalisée par Marion Plumet. Dans ce travail, on retrouve la finesse du trait de la dessinatrice et la force du message qui se dégage de ces œuvres.Cette série relative à la guerre et aux femmes, lie images et textes. On retrouve le trait fin et fragile de l'artiste qui prend le corps de la femme comme support pour produire du sens.

Nous avons donc eu le plaisir de choisir parmi l'ensemble de ces œuvres selon notre sensibilité, notre parcours propre et de mettre à disposition nos murs à Marion PLUMET afin qu'elle puisse les exposer.

On aime, on n'aime pas , toujours est-il qu'elles interrogent, font s'arrêter, en discuter.

L'objectif est donc atteint : l'étrange alchimie de la forme et du fond.

Curieux d'en savoir plus sur Marion PLUMET son travail ? ...

Vous avez internet ? ... GOUGUEULE : "Marion PLUMET"